Grèce: Mobilisations victorieuses sur fond d’État policier

[ Αναδημοσίευση από το γαλλικό: L’Anticapitaliste ]

par A. Sartzekis

Des mobilisations victorieuses en Grèce sur fond d’État policier

Les commémorations de la révolte et du massacre des étudiantEs de l’université Polytechnique sous la junte des colonels en 1973 constituent chaque année un assez fiable baromètre de la température sociale et politique en Grèce.


Si l’an passé, le gouvernement de droite extrême de Mitsotakis avait prétexté la pandémie pour interdire les manifs – qui avaient pourtant eu lieu ! –, cette année, le prétexte aurait été trop gros, alors que la politique du Premier ministre commence à être massivement désavouée, quels que soient les efforts des médias aux ordres (auxquels le pouvoir a généreusement distribué 40 millions d’euros). Ce 17 novembre, les manifs ont été massives un peu partout, et bien sûr à Athènes (30 000 manifestantEs), avec présence impressionnante de la jeunesse, et même si Mitsotakis n’a pas osé pousser la provocation (tout en déployant 6 000 policiers), la répression a été forte à Salonique, avec aussi des intimidations pour empêcher les jeunes d’aller aux manifs.

Un automne social prometteur ?

Ce qui change ces derniers mois, c’est avant tout le climat social. Alors que le gouvernement adopte des lois patronales sur mesure, de très grosses mobilisations ont eu lieu récemment : grève générale et totale des marins les 10 et 11 novembre, grève victorieuse des travailleurEs de la zone portuaire du Pirée contre l’entreprise chinoise Cosco, propriétaire de presque tout le port industriel, après la mort d’un ouvrier victime des conditions de travail… Les mobilisations dans le secteur des livraisons et de la restauration ont culminé en septembre, avec une grève exemplaire des livreurEs de la société efood, soutenue par de nombreux clientEs qui ont alors résilié leur abonnement. Résultat : passage en CDI pour plus de 2 000 employéEs, avec prise en compte de l’ancienneté. La mobilisation dans le secteur s’est prolongée contre les conditions du travail précaire : nouvelle grève victorieuse pour des équipements de sécurité le 9 novembre… Et contre le refus de leur direction syndicale d’une mobilisation accrue contre l’évaluation, de nombreux enseignantEs continuent la bataille contre une ministre peut-être pire que Blanquer !

Fuite en avant à droite toute

Face à cette colère croissante, la droite est visiblement inquiète et quelques signes indiquent un début de division. Mitsotakis choisit de renforcer le cours « orbanesque », appuyé sur le courant d’extrême droite dans son parti et au gouvernement. Ainsi, alors que des enquêtes internationales indiquent que c’est en Grèce que l’antisémitisme s’affiche le plus en Europe, il a cet été nommé ministre de la Santé un ancien avocat fasciste (fils de l’idéologue grec du nazisme) connu pour ses déclarations antisémites, provoquant l’inquiétude de la communauté juive, et perçu comme une provocation face à une situation sanitaire fort grave (chaque jour environ 80 à 90 morts du virus), la droite refusant de renforcer l’hôpital public. Une série de lois renvoyant aux périodes sombres ont été votées, telle celle sur un code pénal réprimant la liberté d’expression… Les services de renseignements, placés sous le seul contrôle de Mitsotakis, fliquent des journalistes, des avocatEs, des militantEs. La police semble pouvoir faire ce qu’elle veut : récemment, un jeune Rom a été tué (36 balles tirées) par des policiers ayant d’ailleurs désobéi aux ordres d’arrêter la poursuite… et soutenus par le ministre (ex-député fasciste) du Développement et par le ministre de la Police !

Ce climat d’intimidation lié à une politique ultra-libérale catastrophique, loin de provoquer la soumission recherchée, renforce une combativité évidente au quotidien. Étape suivante : comment dans la période à venir faire s’amplifier et s’organiser largement cette combativité, face à des lois récentes instaurées contre le droit de grève et les syndicats de lutte ?

A. Sartzekis

Athènes, le 21 novembre 2021

Αναδημοσίευση από το Hebdo L’Anticapitaliste – 592 (25/11/2021)

[The same text in english]


https://tpt4.org/?p=6726

There is one comment

Γράψτε απάντηση στο Greece: Victorious mobilizations against the backdrop of the police state | ΤΠΤ - "4" Cancel

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση /  Αλλαγή )

Σύνδεση με %s